Empi

Empi veut dire vol de l'hirondelle. (Em " veut dire l'hirondelle et " Pi " veut dire voler.) Ce kata a des techniques tout à fait extravagantes et beaucoup de mouvements de hanches dynamiques. Sans ces mouvements de hanches dynamiques, nous ne pouvons pas faire de beaux et efficaces Empi. 
 
 Je suis sur que les jeunes hommes et femmes qui se sentent assurément très légers et qui peuvent sauter dans un mouvement très profondément et tourner admirablement en un seul mouvement de hanches, aimeront ce kata et affronter beaucoup d'adversaires, surtout devant et derrière. J'espère tout le monde qui a moins de 40 ans l'aime vraiment. Même après 40 ans, bien que vous ne puissiez pas sauter beaucoup, vous pouvez encore vous rejouir d'une sensation libre, legère et dynamique. Attention en sautant haut de ne pas vous blessez les tendons. 
 
 
 Vous devriez être prudent pour éviter la sensation que vous voulez montrer ou exagérer des parties. Votre attention devrait aller à votre mouvement de hanche. Sans mouvements dynamiques de la hanche, ce kata est mort. Vous devez être très humble et gardez un sens réaliste du combat et exécuter chaque technique sérieusement, au lieu d'essayer de faire juste une apparence. 
 
 J'espère que quelqu'un qui pratique Empi, le fasse 5,000 fois et arrive à 10,000 fois. Quelqu'un qui essaie de faire Empi comme son kata favori ,vraiment, devrait le faire au moins 20,000 fois. Alors ce kata commencera à montrer quelques-unes de ses sensations originales, et vous commencerez à sentir ce que le maître original essayait de nous dire à travers le kata. 
 
 Beaucoup de gens se sont renseignés sur les premiers mouvements d'Empi. C'est une technique de projection. L'adversaire vient du côté droit. Vous bloquez son bras avec votre bras gauche et balayez sa jambe avant ou arrière avec votre bras droit. Le moment ou vous tournez est très rapide et avec une seule sensation. Ne créez pas votre propre rythme. Nous cherchons à comprendre l'esprit, la sentation et les mouvements de l'expert qui a inventé le kata. 
 
 Le troisième mouvement est gedan barai avec le bras droit en zenkutsu comme le troisième mouvement de Heian Shodan. Alors dans le mouvement 4 redressez simultanément les deux genoux avec la main gauche qui fait kagezuki (coup de poing du croix-corps) et affrontez le devant. 
 
 Uraken dans Empi (dans les mouvements 6, 10 et 26) est une attaque de rotation. L'uppercut sous le menton de l'adversaire ne se fait pas sans tourner les hanches. Pratiquez la technique, sans pouvoir conscient, légèrement et soyez sûr de faire le rapport avec votre hanche. 
 
 Un autre point important est de ne pas couper en deux la série de mouvements qui commencent avec le genou qui monte. (Ce sont des mouvements 7-9, 11-13 et 27-29). Montez le genou, Sautez dedans et attaquez la partie inférieure de l'abdomen de l'adversaire, alors faite kokutsu et gedan barai avec le bras droit , et alors retournez vous en zenkutsu et faites gedan barai avec le bras gauche.Le tout en une seule respiration, sans arrêt entre. Dans cette séquence rapide les hanches ne cessent jamais de se déplacer. Les parties les plus difficiles, je pense, sont entrer au devant et alors se retourner et bloquer, avec les deux blocages comme une sensation. Réellement, vos hanches font des mouvements dynamiques, faire un blocage efficace sur un côté et puis de l'autre coté sans cassure entre les deux techniques. C'est difficile, mais si vous essayez, vos hanches commenceront à se déplacer. Comme le vol d'une hirondelle, cette rotation doit être très rapide. 
 
 Empi est bon pour la plus jeune génération parce qu'ils n'utilisent pas assez de techniques de sauts. Les techniques de tobikomi (mouvements 7, 11 et 27) disparaîssent dans la compétition parce que la compétition a un espace très limité et vous ne pouvez pas sauter dedans très loin. Les gens ont oublié comment sauter dedans. Mais si vous utilisez les techniques de tobikomi dans un très grand espace, ells sont sûres et très efficaces. Ainsi accentuez le saut qui utilise votre jambe arrière pour entrer dans l'adversaire. Souvenez-vous que vos hanches ne montent pas. Le genou monte, mais les hanches descendent, et vous cachez votre section centrale entière. 
 
 Quand vous sautez dedans, réunissez les genoux pour agir comme un frein, stopper soudainement, avec les genoux et hanches au même niveau, placés parallèlement au sol. Les hanches ne sont jamais inférieures au niveau des genoux et les orteils gauches touchent légèrement le talon droit sur le côté droit. Si les hanches sont trop hautes, vous ne pouvez pas vous arrêter dynamiquement. Si les hanches sont inférieures aux genoux, les genoux risquent de se blesser. 
 
 Quand vous faites teisho-uke (mouvements 30-33), les deux coudes sont courbés, déverrouillés. Après le premier teisho-uke avec la main droite (mouvement 30), marchez au devant avec la jambe droite, sans déplacer la jambe gauche. 
 
 Après le troisième morote-uke (les blocages à deux mains, un montant et un descendant avec teisho dans les mouvements 31-33), faites gedan barai en kokutsu (mouvement 34). Puis yoriashi (mouvement 35) avec les deux mains ouvertes, le coude droit contre le côté, l'avant-bras gauche au-dessus approximativement à neuf pouces du front légèrement au-dessus de la tête avec la paume gauche en haut. La sensation est d'attraper le bras ou le cou avec la main gauche et le devant de la jambe ou l'entrecuisse avec la main droite. 
 
 Ne faites pas ce kata trop rapidement. Dans les vingt dernières années (1970 à 1990), tout le monde a presque doublé la vitesse de ce kata. J'aime voir les jeunes gens faire des mouvements très rapides dans le kata, mais vous devez prendre votre temps, êtres calme et montrer une sensation grande et forte. Surtout redressez-vous après le kiai (mouvement 15), il y a juste une petite pause dans le mouvement. Il y a beaucoup de bonnes techniques ici, par conséquent, je suis sûr que vous pouvez choisir quelques techniques de ce kata, comme techniques favorites
HTML clipboard
Bonne navigation ! -  Hébergé par Overblog